Breaking Business News | Breaking business news AM | Breaking Business News PM

L’or rouge : l’ascension et la chute de l’empire de l’huile de palme en Afrique de l’Ouest

11 Apr 2022

Un baril rempli d'huile de palme dans le comté de Nimba, au Liberia. Edwin Remsberg/GettyImages

Depuis des milliers d'années, le palmier à huile, originaire d'Afrique de l'Ouest, entretient une relation intime avec l'homme. L'expansion très rapide des palmeraies dans toute l'Afrique occidentale et centrale après une période de sécheresse datant de 2 500 ans environ a favorisé la migration humaine et le développement de l'agriculture ; à leur tour, les hommes ont favorisé la propagation des palmiers à huile en dispersant leurs graines et en pratiquant la culture sur brûlis.

Des preuves archéologiques montrent que les fruits du palmier et leur huile faisaient déjà partie intégrante de l'alimentation des Africains de l'Ouest il y a 5 000 ans.

À l'exception des plantations « royales » de palmiers à huile, établies au 18ème siècle pour la production de vin de palme dans le royaume du Dahomey, tous les palmiers à huile d'Afrique de l'Ouest poussaient dans des bosquets sauvages ou semi-sauvages.

Les femmes et les enfants ramassaient les fruits tombés sur le sol, tandis que les hommes récoltaient des grappes de fruits en grimpant au sommet des palmiers. Ces fruits étaient ensuite transformés en huile de palme par les femmes, selon un long processus et à forte intensité de main-d’œuvre qui consistait à faire bouillir et à filtrer les fruits frais avec de l'eau de façon répétitive. Des méthodes similaires sont encore largement utilisées dans toute l'Afrique de l'Ouest.

Des femmes préparent de l'huile de palme en Côte d'Ivoire. SIA KAMBOU/AFP via Getty Images

Alors que l'huile de palme rouge pure était extraite du mésocarpe externe charnu du fruit du palmier, les femmes, souvent aidées par des enfants, cassaient également les graines de cet arbre pour fabriquer de l'huile de palmiste brune et claire.

L'huile de palme était, et demeure, un ingrédient clé de la cuisine ouest-africaine, comme le plat simple composé d'igname bouillie, d'huile de palme et de sel gemme (Kanwa), et de soupe Banga.

Dans toute l'Afrique de l'Ouest, l'huile de palme était utilisée pour la fabrication du savon; aujourd'hui, le savon noir yoruba Dudu-Osun est une marque déposée au Nigeria. Au royaume du Bénin, l'huile de palme était utilisée pour les lampadaires et comme matériau de construction pour les murs du palais du roi. Elle a, par ailleurs, trouvé sa place dans des centaines de rites et de produits médicinaux différents, notamment sous forme de pommade pour la peau et comme antidote commun aux poisons. En outre, la sève des palmiers à huile était récupérée pour la production de vin de palme, et les feuilles de palmiers fournissaient du matériel pour les toits en chaume et les balais.

Le boum du début du 19ème siècle

L'huile de palme est connue en Europe depuis le 15ème siècle. Ce sont les marchands d'esclaves de Liverpool et de Bristol qui, au début du 19ème siècle, ont commencé à en importer à plus grande échelle. Ils connaissaient ses multiples usages en Afrique de l'Ouest et l'achetaient déjà régulièrement pour nourrir les esclaves déportés vers les Amériques.

Avec l’abolition de la traite des esclaves vers les Amériques en 1807, les négociants britanniques d'Afrique de l'Ouest se sont tournés vers les marchés européens et les ressources naturelles comme matières premières, en particulier l'huile de palme. À cette époque, les principaux principaux aliments, riches en matières grasses et en lipides en Europe étaient d'origine animale – comme le saindoux ou l'huile de poisson – des produits pour lesquels il pouvait être difficile d'assurer un approvisionnement régulier. Ainsi, le marché de l'huile de palme constituait un débouché tout trouvé.

Des hommes de l'éthnie Igbo de la région des Oil Rivers, dans l'actuel Nigeria, apportent des calebasses pleines d'huile de palme pour les vendre à un acheteur européen, vers 1900. Image © Jonathan Adagogo Green / The Trustees of the British Museum, CC BY NC SA

Cette huile était utilisée comme lubrifiant industriel, dans la production de fer blanc, dans l'éclairage public et comme matière grasse semi-solide pour la fabrication de bougies et de savon. Dans les années 1820, les progrès de la chimie ont facilité le passage à la production industrielle de savon à grande échelle.

Des quantités toujours plus importantes d'huile de palme – passant de 157 tonnes métriques par an à la fin des années 1790 à 32 480 tonnes au début des années 1850 – ont été introduites au Royaume-Uni par de petits négociants ouest africains.

Ce négoce n'était fait pas pour les coeurs sensibles. Une fois par an, les négociants passaient jusqu'à six semaines à naviguer sur de petites goélettes vers l'une des nombreuses stations commerciales de la côte ouest-africaine. Il y avait plusieurs douzaines de stations commerciales dans la région des Oil Rivers, dans l’actuel delta du Niger, centre du commerce de l'huile de palme en Afrique occidentale.

Les commerçants européens vivaient et commerçaient entièrement sur des voiliers abandonnés. C'était en partie pour essayer d'éviter les maladies mortelles, comme la malaria et la fièvre jaune, mais aussi parce que les autorités locales les empêchaient de construire sur la terre ferme. Le commerce intérieur était étroitement contrôlé par des courtiers locaux et des chefs de village.

Les commerçants européens donnaient à ces courtiers des marchandises européennes, telles que des ustensiles de cuisine, du sel et des tissus. Ensuite, ils attendaient à bord de leurs navires le retour des courtiers qui pouvait parfois durer des mois. De nombreux courtiers africains étaient eux-mêmes d'anciens esclavagistes. La traite des esclaves dans le delta du Niger n'a pas immédiatement pris fin avec l'abolition, mais s'est poursuivie parallèlement au commerce des palmiers jusque dans les années 1840. Les courtiers en palmiers et les négociants européens ont continué à utiliser le même réseau et le même système que ceux développés pour le commerce des esclaves.

En attendant, les tonneliers des négociants européens assemblaient de grands fûts pour contenir l'huile de palme.

Il y avait principalement les bosquets sauvages et semi-sauvages existants en Afrique de l'Ouest pour satisfaire la demande européenne. Dans l'arrière-pays des Oil Rivers et dans de nombreuses autres régions, on pouvait trouver une abondance de palmiers à huile sauvage à récolter. Quelques autres palmiers étaient plantés. Les Krobo dans le sud-est du Ghana, où quelques palmiers à huile poussaient naturellement, avaient commencé pratiquer la culture systématique pour répondre à la demande européenne.

Au Dahomey également, de nouvelles plantations ont été créées. Certaines régions du sud-est du Nigeria se sont tellement concentrées sur la production d'huile de palme qu'elles sont devenues totalement dépendantes des importations d'ignames en provenance du nord. Toutefois, il n'y a pas eu de transformation radicale et à grande échelle de la gestion des terres, de la propriété ou de l'écologie.

L'essor des courtiers en huile de palme

Les producteurs ouest-africains ont répondu avec succès à la demande accrue d'huile de palme européenne en modifiant et en développant les méthodes de production existantes à petite échelle.

Les jeunes hommes s’occupaient de la récolte des grappes de fruits frais – un travail dangereux. Pour le traitement de l’huile de palme, une autre méthode, beaucoup moins exigeante en main-d'œuvre, a été mise au point. Il fallait attendre que les fruits frais fermentent, avant d’être piétinés dans de grandes fosses creusées dans le sol, ou parfois dans de vieilles pirogues. L'huile ainsi obtenue était beaucoup plus sale et indigeste ; elle était également moins chère, mais cette nouvelle technique a permis d'en produire à plus grande échelle qu'auparavant.

Le transport de l'huile de palme représentait beaucoup de travail : il fallait transporter des calebasses remplies d'huile le long des chemins forestiers jusqu'à la rivière la plus proche et travailler sur des pirogues. Cela constituait une source de revenus en espèces pour les jeunes hommes, mais ce sont généralement les hommes plus âgés et déjà plus riches, et en particulier les chefs, qui tiraient le plus grand profit de « l'or rouge », grâce au travail de leurs épouses et de leurs esclaves et au contrôle du commerce.

La richesse et le pouvoir pouvaient être acquis grâce au courtage, et les structures de pouvoir locales étaient profondément liées au commerce de l'huile de palme. Un courtier particulièrement puissant à cette époque était William Dappa Pepple, le amanyanabo (roi) de Bonny (dans l'actuel sud-est du Nigeria) de 1837 à 1854.

Prise de contrôle coloniale

À la fin du 19ème siècle, des chimistes ont découvert que l'hydrogénation pouvait être utilisée pour transformer les huiles végétales en margarine. Celle-ci a joué un rôle de plus en plus important dans l'apport de graisses dans l'alimentation de la classe ouvrière urbaine croissante d’Europe. Alors que le volume des importations d'huile de palme d'Afrique de l'Ouest vers le Royaume-Uni s'est stabilisé entre les années 1850 et 1890, la production à grande échelle de ce nouveau produit comestible a relancé la demande d'huile de palme au début du 20ème siècle.

Entre 1854 et 1874, la France et la Grande-Bretagne avaient déjà commencé à créer des colonies européennes officielles au Sénégal, à Lagos et sur La Côte-de-l'Or (Gold Coast). L'Afrique occidentale britannique a fini par intégrer la Sierra Leone, la Gambie, la Gold Coast et le Nigeria (avec le Cameroun britannique).

Dans les années 1930, l'Afrique occidentale britannique exportait environ 500 000 tonnes de produits du palmier par an. Ces produits ont continué à jouer un rôle majeur dans les économies rurales d'Afrique de l'Ouest, mais ils ont échappé progressivement au contrôle local sous l'administration coloniale; la richesse et le pouvoir potentiels que l’huile de palme avait procuré à la population locale avaient disparu.

De plus, alors que les puissances coloniales continuaient d'étendre leur influence ailleurs dans les tropiques, une évolution qui allait changer la donne s’annonçait lentement : l'essor de la plantation de palmiers à huile.

En quelques décennies, des étendues de forêts d'Asie du Sud-Est ont été défrichées, créant une voie rapide vers des plantations de monoculture à l'échelle industrielle, mettant ainsi fin à la position de l'Afrique de l'Ouest en tant que plaque tournante mondiale de la production d'huile de palme.

Une version de cet article a été initialement publiée sur China Dialogue.

Pauline von Hellermann does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organisation that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.


Read the full article here.
This content was originally published by The Conversation. Original publishers retain all rights. It appears here for a limited time before automated archiving. By The Conversation

Covid-19 – Johns Hopkins University

Download brochure

Introduction brochure

What we do, case studies and profiles of some of our amazing team.

Download

Global Advisors | Quantified Strategy Consulting